Archives d’Auteur : silversantefrance

La session ‘Magique’ organisée par l’équipe de Silver Santé Study a suscité un grand intérêt lors de l’EuroScience Open Forum (ESOF) le 12 juillet 2018

Scientifiques, responsables politiques et journalistes scientifiques du monde entier ont largement participé à la session organisée par l’équipe de Silver Santé Study lors du prestigieux forum scientifique international : ESOF.

Plus de 60 personnes ont assisté à cette session de 75 minutes et ont participé à des ateliers présentant différentes techniques d’entrainement cérébral, comme la méditation ou un programme d’éducation à la santé. Ces interventions sont testées dans le cadre de cette étude sur la santé mentale et le bien-être des seniors.

La séance populaire, intitulée «La magie de la mémoire: les techniques d’entraînement cérébral peuvent-elles stimuler la mémoire et améliorer la santé mentale des seniors?», comprenait une présentation scientifique du projet ainsi qu’un spectacle de magie divertissant démontrant comment la mémoire pouvait être affectée par le processus de distraction de l’attention.

Le Dr Gaël Chételat, coordinatrice du projet, et le Dr Géraldine Poisnel, toutes deux de l’Inserm, ont donné des présentations scientifiques sur l’étude Silver Santé Study; Rhonda Smith, de Minerva Communications UK, a animé un atelier proposant un programme d’éducation à la santé au cours duquel les participants ont examiné comment les facteurs liés au mode de vie pouvaient affecter la santé mentale et le bien-être; Elizabeth Parsons, de l’UCL, a proposé un quiz sur la mémoire dans lequel les personnes étaient mises au défi de se souvenir d’un groupe d’objets; enfin Marc Heidmann, du Centre de recherche en Neurosciences de Lyon, a guidé une séance de méditation pour tous les participants.

Le Dr Poisnel a déclaré: « Nous avons été ravis d’être choisis pour accueillir une session ici à l’ESOF et nous espérons que les nombreuses personnes présentes aujourd’hui ont trouvé cet évènement à la fois instructif et agréable.

Notre étude a pour objectif de tester différentes techniques d’entraînement mental afin d’évaluer leur efficacité pour améliorer la santé mentale et le bien-être des séniors. Si nous pouvons prouver que des techniques de ce type permettent aux individus d’améliorer leur propre santé mentale, cela pourrait en retour permettre de réduire le coût des soins, l’incidence des maladies liées à l’âge et aider à lisser les inégalités de santé.

L’étude Silver Santé Study est unique à plusieurs égards – elle est la première à prendre en compte la dimension émotionnelle du vieillissement, elle utilise un ensemble complet et unique de mesures pour évaluer les volontaires – dont la neuroimagerie – et propose aussi de tester les plus longues interventions de méditation et d’apprentissage d’une langue étrangère par rapport à ce qui a déjà pu être évalué précédemment.  »

En effectuant des essais cliniques sur des volontaires âgés de 60 ans et plus, présentant des profils de santé variés, y compris des patients recrutés dans des cliniques de mémoire, cette recherche vise à mesurer l’efficacité d’une gamme d’interventions. L’étude quinquennale, lancée en 2016, implique des partenaires en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Belgique, en Suisse et en Allemagne.

ESOF 2018 (http://www.esof.eu/en/ ), qui s’est déroulée du 9 au 14 juillet à Toulouse, est la plus grande rencontre scientifique interdisciplinaire d’Europe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une année d’apprentissage à travers les yeux des instructeurs.

Par Caitlin Ware

L’étude « Silver Santé Study » a pour objectif de mesurer l’impact de techniques d’entrainement mental, telles que l’apprentissage de langues étrangères et la pratique de la méditation, sur le bien-être et la santé mentale des seniors. Il y a un peu plus d’un an, les participants de la première vague de l’étude Age-Well à Caen ont été répartis de façon aléatoire en 3 groupes (2 qui suivent un entraînement et un qui ne change pas ses habitudes). Dans ces groupes d’interventions, les instructeurs ont pu observer la motivation, le plaisir et l’épanouissement personnel des participants.

Globalement, les enseignants sont impressionnés par la motivation des participants.

Titi Tran, instructrice de méditation raconte : « Tous les participants sont très motivés pour utiliser ce qu’ils apprennent avec nous ; ils intègrent ce qu’ils apprennent en cours et l’appliquent dans leur pratique quotidienne. »

Corinne Schimmer, professeur d’anglais, a également tenu à souligner le dévouement et l’implication des participants : « Je dirais que l’un des aspects le plus frappant est la forte motivation du groupe, et  surtout que celle-ci augmente au fil des mois. »

« Les volontaires expliquent que bien qu’ils soient censés travailler environ 20 mn par jour, la plupart d’entre eux travaillent beaucoup plus longtemps. Certains expliquent : Lorsque nous commençons à travailler les exercices que nous ont donné les enseignants, nous ne pouvons pas nous arrêter, non pas parce qu’il y a un examen à la fin du cours, mais parce que nous prenons du plaisir à le faire. »

En effet, le plaisir semble jouer un grand rôle dans leur motivation: “Certains aiment apprendre l’anglais parce que ça leur permet de voyager, de parler avec des amis, » a noté Corinne. « Je crois qu’ils apprécient d’apprendre l’anglais en soi. »

La répartition étant aléatoire, les participants ne se sont pas forcément retrouvés dans le groupe d’intervention qu’ils auraient préféré. Cependant, la plupart  d’entre eux ont rapidement apprécié leurs cours respectifs. « Deux ou trois participants auraient préféré apprendre l’anglais, mais ils étaient également heureux de pratiquer la méditation. Maintenant ils se sont habitués» dit Martine Batchelor, instructrice de méditation. Elle remarque l’importance de la cohésion du groupe : « De notre point de vue,  nous observons rapidement les effets d’appartenance à un groupe ; les participants s’écoutent et ils  apprennent à se connaitre. »

Corinne souligne également la dimension sociale de l’intervention en disant : « Je pense que le fait de venir au cours va leur manquer à la fin de l’expérience, non seulement pour  l’apprentissage, mais aussi pour l’aspect social. » Réciproquement, Titi ajoute  : « A ce jour, après 12 mois de pratique, ils commencent à penser à la fin de l’intervention et sont déjà un peu tristes à l’idée que ça se termine. »

Finalement, tous les instructeurs mentionnent l’impact positif de l’étude sur leur enseignement. Corinne conclut : « Je trouve également très stimulant de revoir mes techniques d’enseignement dans ce contexte, cela me donne un regard complètement différent du processus d’apprentissage. Par conséquent dans l’ensemble, c’est une très bonne expérience pour moi en tant qu’enseignante. »

 

Une nouvelle vidéo pour mettre en lumière le travail et l’équipe de Silver Santé Study

Une nouvelle vidéo passionnante a été produite pour promouvoir le travail et  l’équipe de recherche de l’étude Silver Santé Study.

Le film d’une durée de 3 minutes – avec le Dr Gaël Chételat, coordinatrice du projet, certains de nos chercheurs expérimentés et Sujata Ray de AgeUK – illustre l’impact de la mauvaise santé mentale sur le vieillissement et l’objectif principal de Silver Santé Study visant à améliorer la santé mentale et le bien-être des seniors et plus largement de la société dans son ensemble.

Charlotte Reid, responsable de la production de la vidéo pour Minerva Communications, partenaire du projet, a déclaré: «En tant que projet financé par l’UE, il est important que les citoyens européens soient informés de notre travail. Ce court métrage est un moyen facile et accessible pour découvrir ce qu’est notre projet et comment ils peuvent personnellement bénéficier de ce que nous étudions.  »

« En plus d’afficher la vidéo sur notre site Web via YouTube, nous la partagerons également sur les réseaux sociaux, alors aidez-nous à passer le mot en » aimant « et en » partageant « autant que possible. »

Pour visionner la vidéo (en anglais), rendez-vous sur notre chaîne YouTube et pour vous tenir au courant des dernières nouvelles sur l’étude Silver Santé Study , inscrivez-vous à notre newsletter (en anglais).

 

Silver Santé Study présent à l’ EuroScience Open Forum – ESOF 2018 à Toulouse le 12 juillet 2018

Nous sommes ravis que l’étude « Silver Santé Study » ait été choisie pour animer une session du programme scientifique de l’ESOF 2018 – le plus grand événement scientifique interdisciplinaire d’Europe (www.esof.eu/en)

Notre atelier interactif, qui s’intitule «La magie de la mémoire: les techniques d’entraînement cérébral peuvent-elles stimuler la mémoire et améliorer la santé mentale chez les seniors?», permettra aux participants de mieux connaitre l’étude « Silver Santé Study » et d’essayer certaines techniques que nous expérimentons dans le cadre de ce projet à savoir la méditation et l’activité cognitive telle que l’apprentissage d’une langue étrangère. L’équipe «Silver Santé Study  » sera composée du Dr Gaël Chételat, Dr Géraldine Poisnel, Marc Heidmann, Elizabeth Parsons et Rhonda Smith. L’équipe présentera les objectifs et la portée du projet, et donnera aux participants l’opportunité d’essayer un quiz mémoire, un programme d’éducation à la santé ou une session de méditation. Les participants pourront également profiter d’un court spectacle de magie, exécuté par le magicien, Romi, qui mettra l’accent sur des tours liés à la mémoire.

Cet événement qui se déroulera le jeudi 12 juillet de 17h00 à 18h15 au Pavillion Exterieur, Conseil Departemental, à Toulouse, est l’occasion de présenter le travail accompli dans le cadre de notre étude.

Cliquez ici (en anglais) pour voir le communiqué de presse que nous avons envoyé aux médias (scientifiques / journalistes) à travers l’Europe pour promouvoir notre événement.

 

Logotype-ESOF-global-PRINT

N’hésitez pas également à visionner  notre nouvelle vidéo de projet https://bit.ly/2t0K1Hc

Bien dormir pour bien vieillir

Par Géraldine Rauchs

Géraldine Rauchs, chercheur à l’Inserm, est responsable des explorations du sommeil dans l’étude Silver Santé Study et s’intéresse plus particulièrement à l’impact de la qualité du sommeil sur le cerveau et la cognition.

Le sommeil occupe une part essentielle de nos vies. Ses fonctions sont multiples : il contribue à la maturation du cerveau pendant les premières années de la vie, permet la croissance et la réparation tissulaire grâce à la sécrétion de l’hormone de croissance, favorise la consolidation de nos souvenirs en mémoire à long terme, et permet un fonctionnement efficace de notre système immunitaire. Des études récentes suggèrent que le sommeil pourrait également contribuer à l’élimination des déchets toxiques qui s’accumulent dans le cerveau au cours de la journée, notamment le peptide beta-amyloïde qui est communément associé à la maladie d’Alzheimer. Si cette hypothèse est confirmée, un sommeil de mauvaise qualité pourrait donc augmenter le risque de développer cette maladie.

Depuis près de 5 ans, nous nous intéressons aux modifications du sommeil au cours du vieillissement. Nous utilisons différents outils complémentaires pour étudier le sommeil : des questionnaires du sommeil, l’actimétrie (méthode consistant à enregistrer les mouvements d’une personne pendant plusieurs jours pour obtenir des informations sur le cycle activité-repos) et la polysomnographie (enregistrement de l’activité électrique du cerveau, des mouvements des yeux et du tonus musculaire grâce à des électrodes). Les mesures de sommeil obtenues sont combinées à des données de neuroimagerie de pointe, dont l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour mesurer le volume du cerveau et la tomographie par émission de positrons (TEP) pour mesurer son fonctionnement ou visualiser les dépôts amyloïdes, une des lésions typiques de la maladie d’Alzheimer.

Nous avons montré que les personnes âgées qui se plaignent de difficultés récurrentes à s’endormir présentent plus des dépôts amyloïdes que les personnes tombant aisément dans les bras de Morphée. En outre, les personnes qui se réveillent fréquemment pendant la nuit ont également un volume de matière grise plus faible dans une petite région du cerveau appelée l’insula, impliquée dans certains rythmes de sommeil. Ces résultats ont été obtenus à partir de questionnaires sur le sommeil, mais des analyses préliminaires utilisant des mesures objectives de sommeil confirment qu’un sommeil de mauvaise qualité est associé à des atteintes cérébrales plus importantes et de moins bonnes performances cognitives. À première vue, ces résultats peuvent paraître particulièrement alarmants. Mais il est important de garder à l’esprit que nous pouvons améliorer notre qualité de sommeil sans prendre de somnifères. Par exemple, l’exposition à la lumière du jour ou l’activité physique peut être un moyen efficace d’améliorer le sommeil.

Dans l’étude Silver Santé Study, une partie de notre travail vise à identifier les facteurs liés au mode de vie qui peuvent freiner ou accélérer le taux de déclin cognitif avec l’âge. Parmi ces facteurs, nous sommes de plus en plus convaincus que le sommeil peut être un facteur élément important à prendre en compte afin de prévenir le déclin cognitif et de réduire le risque de maladie d’Alzheimer. Nous faisons également l’hypothèse que des activités d’entraînement cérébral telles que la méditation et l’apprentissage de langues étrangères peuvent aider à améliorer la qualité du sommeil et permettre le bon fonctionnement de notre cerveau.

 

LE 2 MAI 2018 : le jour tant attendu de notre 3ème et dernière vague de participants!

photos-annonce-w3-du-2-mai-2018-018-e1526462525326.jpgEncore une fois, un très beau moment d’émotion !!

Les participants tous réunis à Cyceron écoutent attentivement le discours de Gaël CHETELAT, coordinatrice du projet, et attendent sagement l’ouverture de leur enveloppe…Quel groupe ? Méditation, anglais, groupe contrôle se demandent-ils ?

Quelques instants plus tard, des cris de joie, des sourires se dessinent sur leurs visages, pour certains une petite pointe de déception mais tous jouent le jeu et rejoignent leur groupe pour suivre les instructions et débuter leurs 18 mois d’intervention.

Un grand merci à tous nos seniors pour leur engagement, leur patience, leur enthousiasme, leur motivation à ce grand projet : La Silver Santé Study !

« Entrées précédentes