Archives d’Auteur : silversantestudy

Intéressé à rejoindre l’équipe Silver Santé Study?

 

 

 

 

 

 

Recherche Post-doc pour 2 ans (neuroimagerie et psychologie) à l’Université de Genève dans le cadre du projet européen « Medit-ageing « 

L’Université de Genève invite des candidats éminents ayant de l’expérience dans l’analyse et la publication de données relatives aux émotions dans le domaine de la Psychologie et la Neuroimagerie à rejoindre l’équipe du Dr. Olga KLIMECKI, Responsable du groupe de travail « Emotions ».

Pour plus de détails sur le poste de post-doc basé à Genève, en Suisse, visitez le site Web Silver Santé Study (en anglais) à l’adresse :

https://silversantestudy.eu/2019/01/29/interested-in-joining-the-silver-sante-team/

L’équipe des essais cliniques SCD Well se prépare à analyser les données

Les scientifiques participant à l’un des deux essais cliniques de l’étude – SCD Well – se préparent à analyser les données en vue de la publication des résultats en 2019.

L’essai, dirigé par le Dr Natalie Marchant de l’University College London (UCL), étudie l’impact des techniques d’entraînement mental sur la santé mentale et le bien-être de patients présentant un déclin cognitif subjectif (SCD). Ils ont été recrutés dans des cliniques de mémoire en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni.

Dans les quatre centres, 147 patients ont été assignés au hasard à des groupes d’intervention à court terme, tels que l’éducation pour la santé ou un programme de pleine conscience. Des mesures comportementales ont été vérifiées pour déterminer l’amélioration du bien-être des participants grâce à l’intervention.

Les méthodologistes et les statisticiens se préparent maintenant à analyser les données afin de répondre à notre principale question de recherche: la participation à une formation de pleine conscience et / ou à un cours d’éducation à la santé réduit-elle les symptômes d’anxiété? L’équipe scientifique est en phase finale de vérification des données restantes pour assurer la cohérence sur tous les sites.

Ci-dessus: Un prélèvement sanguin d’un volontaire de SCD Well dans le cadre d’un essai clinique.

Excursion à Jersey pour les volontaires du groupe anglais de l’étude Silver Santé Study

Ci dessus: Des participants du groupe anglais (qui doivent rester anonymes à ce stade du projet) visitent le château de Mont Orgueil à Jersey.

Les volontaires de la première vague de notre essai clinique Age-Well ont eu la possibilité de tester leurs nouvelles compétences linguistiques lors d’un voyage à Jersey.

Ces 12 participants, tous âgés de plus de 65 ans et originaires de Normandie en France, ont pris le ferry de St Malo pour Jersey.Ils ont passé la journée à faire du tourisme, à découvrir la culture britannique et à tester l’anglais qu’ils ont appris pendant 18 mois dans le cadre de l’étude Silver Santé Study. Le voyage a été organisé avec l’aide de l’Université de Caen où sont dispensés les cours de langue.

Après avoir utilisé leur anglais pour acheter des billets de bus, le groupe a visité le château de Mont Orgueil à Saint-Martin et a déjeuné dans un pub local, avec de nombreuses commandes de fish and chips!

Au cours des 18 derniers mois, le groupe a aidé nos chercheurs à en apprendre davantage sur la santé mentale et le bien-être des seniors. Chaque volontaire a pris part à une série de tests et ensuite a été assigné au hasard à l’un des trois groupes suivants: l’anglais, la méditation ou le groupe contrôle dans lequel les participants ne changent pas leur mode de vie. La vague 1 est maintenant terminée mais les vagues 2 et 3 sont toujours en cours.

Des tests sanguins, des analyses de neuroimagerie et des questionnaires ont été utilisés par nos chercheurs pour évaluer l’impact des techniques d’entraînement mental sur le cerveau. Leurs habitudes de vie – sommeil, alimentation, exercice physique et émotions – ont également été surveillées. L’étude Silver Santé Study est la plus longue étude scientifique jamais réalisée sur l’apprentissage d’une langue et l’intervention en méditation.

Le Dr Gaël Chételat, coordinatrice du projet, a déclaré: «Nous sommes extrêmement reconnaissants à tous les volontaires de la vague 1 qui ont gentiment donné de leur temps pour nous aider à en savoir plus sur les moyens d’améliorer la santé mentale et le bien-être des seniors ».

«Certains de nos volontaires ont déclaré que la participation à nos essais avait été une expérience qui a changé leur vie. Nous avons donc vraiment hâte de voir ce que nous pouvons apprendre des données scientifiques que nous avons collectées et nous espérons obtenir les résultats en 2020. « 

«Cosmonaute pour une nuit»: l’expérience d’un volontaire de l’étude « Silver Santé Study »

Écrit par Mareike Smolka, doctorante

Bientôt, ma participation en tant que volontaire de l’étude « Silver Santé Study » prendra fin. Je suis l’une des 40 participants sélectionnés à l’automne 2016 pour participer à ce grand projet de  recherche sur le bien-vieillir. Je voudrais partager avec vous mon expérience et vous expliquer en quoi la participation à cette étude a changé ma vie et pourquoi j’encourage d’autres personnes à participer à des essais cliniques comparables.

Tout d’abord, laissez-moi me présenter. Je suis maman de quatre enfants et j’ai la chance d’avoir six petits-enfants. Nous sommes tous des musiciens. Mon père voulait que je devienne pianiste, c’est pourquoi j’ai commencé à jouer du piano à l’âge de cinq ans. Cependant, au cours de mes années de rébellion à l’adolescence, j’ai décidé de ne pas suivre la carrière que mon père avait planifiée pour moi, mais plutôt d’étudier la comptabilité. Je suis devenue l’une de ces mères de la première génération qui devait concilier carrière et responsabilités familiales. J’ai travaillé pour plusieurs entreprises. À cette époque, je consacrais également une partie importante de mon temps à la vie politique que je partageais avec mon mari. À Caen, une ville de Normandie en France, où nous vivons depuis près de quarante ans, nous avons consacré du temps à des causes écologistes, faisant campagne pour la production alimentaire locale et participant à des coopératives alimentaires.

Cependant, le fait de mener de front mes activités, mes ambitions, tout en prenant soin de mes enfants a eu des conséquences néfastes. Je n’ai jamais pris de temps pour moi et j’ai été extrêmement stressée à certaines périodes de ma vie. Je suis convaincue que c’est l’une des principales raisons pour lesquelles je souffre de diabète et pour laquelle je ne parviens pas à me calmer, parfois. Même maintenant, à l’âge de 67 ans, ma vie n’a pas ralenti. Depuis une décennie, je prends soin de ma mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. C’est un lourd fardeau à porter et c’est ce qui m’a conduit à participer à l’étude « Silver Santé Study ». Mon deuxième fils m’a appelé pour que je me porte volontaire à l’étude qu’il avait découverte dans un magazine d’actualités. Il a dit: «Tu dois participer, maman!» Et je me suis immédiatement inscrite. Alors que mon fils voulait que je participe pour qu’enfin je prenne du temps pour penser à moi, j’y ai vu la possibilité de m’impliquer activement en faisant quelque chose contre cette effrayante maladie d’Alzheimer, qui a non seulement affectée ma mère, mais également causée la mort de mon oncle. À mon avis, nous devons investir dans des mesures de prévention afin de retarder l’apparition de cette maladie. La recherche scientifique a les moyens de convaincre les politiciens d’institutionnaliser des mesures de prévention efficaces, de manière à les rendre non seulement disponibles mais peut-être même obligatoires pour tous. Ainsi, la participation à des études sur la prévention des maladies et permettant de favoriser le vieillissement en bonne santé constitue un service essentiel qui peut profiter aux générations actuelles et futures.

De plus, l’étude « Silver Santé Study » a provoqué un changement important dans ma vie personnelle: j’ai commencé à prendre soin de moi avant de prendre soin des autres. Au cours de l’étude, des tests comportementaux et des mesures physiologiques m’ont contraint à me dégager du temps, pour me libérer de mes obligations quotidiennes. Je dois tout de même vous mettre en garde par rapport à l’examen du sommeil. En effet, j’ai dû marcher du centre de recherche pour retourner chez moi avec une « coiffe scientifique » qui me faisait ressembler au cosmonaute du film «La Soupe aux choux». Je me sentais un peu gênée et je n’ai pas bien dormi, mais ce fut un sacrifice que je suis heureuse d’avoir fait pour soutenir cette cause qui m’est chère!

« Entrées précédentes