Archives de Catégorie: Actualités

Bien vieillir, ce n’est pas seulement avoir une bonne santé cognitive et cérébrale, c’est aussi avoir une bonne santé physique et mentale – une bonne qualité de vie

Point de vue Valentin Ourry

(Posté le 23 mars 2021)

L’Organisation Mondiale de la Santé définit la qualité de vie comme étant « la perception qu’un individu a de sa place dans la vie, dans le contexte de la culture, et du système de valeurs dans lequel il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ». Cette notion englobe plusieurs aspects – ou domaines – dont la santé physique, la santé psychologique, les relations sociales, ainsi que notre relation avec l’environnement [1].

Avec l’âge, la qualité de vie peut diminuer [2]. De façon intéressante, de précédentes études ont montré qu’une meilleure qualité de vie est liée à un plus grand volume cérébral chez les personnes âgées [3], [4]. Cependant, ces études n’ont pas examiné les multiples domaines de la qualité de vie, ni mesuré d’autres caractéristiques cérébrales. Or, ces aspects sont cruciaux pour mieux comprendre les mécanismes de la relation entre la qualité de vie et la santé cérébrale, et plus précisément pour 1) identifier le domaine spécifique de la qualité de vie qui est davantage lié à la santé cérébrale, et 2) fournir un aperçu plus complet de la nature de cette relation.

Dans notre étude [5], nous avons inclus les 135 participants de la cohorte Age-Well du projet Medit-Ageing. Les participants ont rempli un questionnaire de qualité de vie multi-domaines conçu par l’Organisation Mondiale de la Santé. Grâce à diverses techniques de neuro-imagerie, nous avons pu obtenir leurs caractéristiques cérébrales détaillées : volume de substance grise (densité des neurones), intégrité microstructurale de la substance blanche (densité des axones), perfusion cérébrale (qualité de la circulation sanguine) et dépôts amyloïdes (un des biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer). Nous avons ensuite évalué s’il existait des liens entre chaque domaine de qualité de vie et chaque caractéristique du cerveau. Nous avons trouvé qu’une meilleure qualité de vie, en particulier la santé physique, était liée à un plus grand volume de certaines structures cérébrales qui sont connues pour être sensibles au vieillissement. Aucun lien n’avait été trouvé avec la perfusion cérébrale ou les dépôts amyloïdes. Les résultats soulignent l’importance de suivre et promouvoir la qualité de vie, et en particulier la santé physique auto-perçue, dans la population âgée.

Mieux comprendre les relations entre la qualité de vie et la santé cérébrale dans le vieillissement est une partie importante du projet Medit-Ageing. En effet, nous pensons que l’entraînement mental peut nous aider à bien vieillir et à conserver une bonne qualité de vie – l’un des principaux objectifs du projet Medit-Ageing.

Référence:

[1]       The WHOQOL Group, “Development of the WHOQOL: Rationale and Current Status,” International Journal of Mental Health, vol. 23, no. 3, pp. 24–56, Sep. 1994, doi: 10.1080/00207411.1994.11449286.

[2]       G. Netuveli, R. D. Wiggins, Z. Hildon, S. M. Montgomery, and D. Blane, “Quality of life at older ages: evidence from the English longitudinal study of aging (wave 1),” Journal of Epidemiology & Community Health, vol. 60, no. 4, pp. 357–363, Apr. 2006, doi: 10.1136/jech.2005.040071.

[3]       V. Elderkin-Thompson, M. Ballmaier, G. Hellemann, D. Pham, H. Lavretsky, and A. Kumar, “Daily Functioning and Prefrontal Brain Morphology in Healthy and Depressed Community-Dwelling Elderly,” The American Journal of Geriatric Psychiatry, vol. 16, no. 8, pp. 633–642, Aug. 2008, doi: 10.1097/JGP.0b013e3181794629.

[4]       S. Hahm, M. Lotze, M. Domin, and S. Schmidt, “The association of health-related quality of life and cerebral gray matter volume in the context of aging: A voxel-based morphometry study with a general population sample,” NeuroImage, vol. 191, pp. 470–480, May 2019, doi: 10.1016/j.neuroimage.2019.02.035.

[5]       V. Ourry et al., “Association of quality of life with structural, functional and molecular brain imaging in community-dwelling older adults,” NeuroImage, vol. 231, p. 117819, May 2021, doi: 10.1016/j.neuroimage.2021.117819.

Edelweiss Touron vainqueur du grand défi des thèses de Silver Santé Study !

L’étudiante en doctorat, Edelweiss Touron, a été couronnée lauréate du Grand défi des thèses après avoir impressionnée les juges avec sa présentation de sa thèse claire et concise et intitulée « La tasse est-elle à moitié pleine ou à moitié vide ?

Edelweiss, de l’Université de Caen, était l’une des 10 étudiants de France, de Belgique et du Royaume-Uni qui travaillent sur le projet et ont participé au concours. Elle a impressionné les juges par sa présentation sur l’association entre les symptômes dépressifs subcliniques et les changements cérébraux chez les adultes en bonne santé, par son utilisation d’analogies, ses explications scientifiques claires et ses excellentes compétences de présentation. 

Harriet Demnitz-King, de l’Université de Londres, a obtenu la deuxième place pour sa présentation sur l’association entre les pensées négatives répétitives et les marqueurs de la maladie d’Alzheimer. La troisième place a été attribuée à Francesca Felisatti, de l’Université de Caen, pour sa présentation intitulée « Tous les chemins mènent à Rome », pour laquelle elle a également remporté le prix du « choix du public », voté par tous les participants à cette réunion du consortium. 

Les juges – Eric Salmon de l’Université de Liège, Rhonda Smith de Minerva UK, et Olga Klimecki de l’Université de Genève – ont félicité les étudiants pour l’excellente qualité des présentations dans leur ensemble et ont déclaré qu’il était extrêmement difficile de choisir le gagnant.

La présentation gagnante de Edelweiss peut être consultée ci-dessous.

Les partenaires de Silver Santé Study partagent leurs derniers avancements et progrès lors d’une réunion annuelle en ligne

Les partenaires des 11 institutions des six pays qui composent le consortium de Silver Santé Study se sont réunis en ligne pour partager les avancées de leurs recherches dans le cadre de la réunion annuelle du projet.

La réunion Zoom a eu lieu en octobre et a rassemblé plus de 40 personnes du Royaume-Uni, d’Espagne, de Suisse, de Belgique, d’Allemagne et de France. Ces collaborateurs ont échangé sur les dernières avancées de leurs recherches et ont présenté leurs travaux visant à apprendre comment préserver la santé mentale et le bien-être de la population vieillissante. La réunion comprenait également un atelier « argumentaire éclair » conçu et organisé par Minerva UK, le partenaire de la communication du projet.

Le Dr Géraldine Poisnel, de l’équipe de coordination de l’Inserm, France, qui a organisé la réunion, a déclaré : « C’était notre première réunion de consortium en ligne en raison des restrictions imposées par la Covid.  C’était merveilleux de réunir tous les partenaires et leurs équipes pour discuter des progrès, prendre des décisions en groupe et établir des plans pour les étapes finales de cet important projet ».

Le projet doit se terminer le 31 décembre 2020 mais une prolongation de six mois a été demandée à la CE en raison des retards causés par la pandémie de la Covid. Nous attendons des nouvelles de la décision.

Quelques-uns des partenaires de Silver Santé Study lors de la réunion annuelle en ligne du consortium en octobre 2020.

La dernière série de visites de suivi de l’essai clinique Age-Well devrait commencer en janvier 2021

Les participants de la 1ère vague de notre essai clinique Age-Well participeront à Cyceron à leur quatrième et dernière série d’examens de suivi en janvier 2021.

Les 42 volontaires, tous âgés de plus de 65 ans, ont aimablement accepté de revenir au centre Cyceron pour faire cette nouvelle série d’examens afin de conforter la validation de l’essai en étudiant si les effets des techniques d’entraînement mental persistent dans le temps.

Le groupe de participants, basé à Caen et ses alentours, a aidé nos chercheurs à en apprendre davantage sur la santé mentale et le bien-être de la population âgée. Après avoir pris part à une série de tests, chaque volontaire a été assigné au hasard à l’un des trois groupes suivants : un groupe suivant des cours d’anglais, un second suivant des cours de méditation ou un groupe de référence dans lequel les participants n’ont pas modifié leur mode de vie.

Le Dr Gaël Chételat, coordinatrice du projet à Cyceron, déclare : « La sécurité et le bien-être de tous nos participants est notre principale préoccupation, c’est pourquoi les visites de suivi ont été reportées au mois de janvier 2021. »

« Nous suivons l’évolution de la situation sanitaire en permanence et les visites n’auront lieu que si nous sommes convaincus de pouvoir protéger correctement la santé des volontaires qui ont gentiment consacré une grande partie de leur temps à nous aider à en savoir plus sur la santé mentale de la population vieillissante ».

Des tests sanguins, des IRM et des questionnaires ont été utilisés par nos chercheurs pour évaluer l’impact des techniques d’entraînement mental sur le cerveau. Les habitudes de vie des volontaires – telles que le sommeil, l’alimentation, l’exercice physique et les émotions – ont également fait l’objet d’un suivi. La dernière série des examens des participants des vagues 2 et 3 devraient avoir lieu respectivement en septembre 2021 et février 2022.

Un participant d’Age-Well sous l’IRM à Cyceron, à Caen.

L’étude Silver Santé présentée dans les éditions de France 3 Normandie Caen

Cette semaine, découvrez 5 épisodes inédits du feuilleton consacré au « bien vieillir » en Normandie. L’institut de recherche Cyceron de Caen a ouvert ses portes aux journalistes de France 3 Normandie afin de faire découvrir l’étude européenne « Silver Santé Study » dans laquelle 135 seniors ont été choisis pour 18 mois d’études.

Gwenaëlle Louis et Stéphanie Lemaire ont suivi le quotidien de 3 participants volontaires normands : Simone, Liliane et Philippe. Pendant un an et demi, Simone, 70 ans s’est lancée dans la méditation, Liliane, 68 ans a suivi des cours d’anglais, quant à Philippe, 68 ans, il n’a pas changé ses habitudes. Quels sont les facteurs déterminants de la santé mentale et du bien-être des seniors ? Réponses dans votre feuilleton.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen/silver-sante-study-etude-scientifique-vieillissement-1874800.html?fbclid=IwAR0tSxyyrKHnd9bm-0a_aPvD-E-YwcGZqxchoYPA5aWcdJs1wqmJSxpg7eI

Jeudi 24 septembre, le Dr Gaël Chételat, directrice de recherche et coordinatrice du projet « Silver Santé Study » sera l’invité de notre édition d’information de Caen.

Les épisodes:

–              Episode 1 : https://youtu.be/zLyndM88Et0

–              Episode 2 :  https://youtu.be/nEBFMaKUYmw

–              Episode 3 :  https://youtu.be/LEdrKIYDdYM

–              Episode 4 : https://youtu.be/aNzIGNJaTUY

–              Episode 5 : https://youtu.be/C2FWRtGJH9M

 

Évaluation des effets du confinement lié au Covid 19 sur la santé mentale et le bien-être des seniors

Les volontaires de l’essai clinique Age-Well  – Silver Santé Study-  aident nos chercheurs  à en apprendre davantage sur l’impact du confinement lié au Covid 19 sur leur santé mentale et leur bien-être.

Les volontaires – tous âgés de plus de 65 ans et vivant à Caen ou en périphérie, en France – ont rempli un questionnaire au début du confinement puis un second un mois après la fin du confinement et en rempliront un troisième 6 mois après la fin du confinement pour aider nos chercheurs à étudier les effets du confinement chez soi et le fait d’être isolé des amis, de la famille et des proches et son impact sur la santé mentale.

Le Dr Gaël Chételat, coordinatrice du projet, a déclaré : « Comme l’étude Silver Santé Study est déjà axée sur la préservation d’une bonne santé mentale et du bien-être à un âge avancé, nos chercheurs sont idéalement placés pour explorer les effets du confinement ».

« Bien qu’il représente un énorme défi pour nous tous, le confinement nous offre également l’occasion d’en apprendre davantage sur les effets de l’isolement de nos amis, de notre famille et de nos proches et sur son impact sur notre santé mentale et notre bien-être à un âge avancé ».

« Il sera également très intéressant d’étudier s’il y a une différence entre le groupe qui a pratiqué la méditation, le groupe qui a appris une nouvelle langue et le groupe qui n’a pas changé de mode de vie pendant les 18 mois de participation à cet essai clinique ».

« Nous espérons disposer des résultats de cette étude dès que possible afin que les conclusions puissent éclairer les décisions politiques et les mesures de soutien relatives aux confinements actuel et futur ».

Pour obtenir des conseils et des liens permettant d’aider les personnes âgées à préserver leur santé mentale et leur bien-être pendant le confinement, consultez notre page de conseils à l’adresse suivante : https://silversantestudy.eu/2020/04/28/tips-for-maintaining-good-mental-health-and-well-being-during-the-lockdown/ 

Les effets de l’isolement chez les personnes âgées sont étudiés par les chercheurs de Silver Santé Study.

Nos chercheurs et doctorants se préparent à faire des présentations de leurs travaux à la plus grande conférence mondiale sur la maladie d’Alzheimer

Les experts de l’étude Silver Santé Study de plusieurs institutions et pays se préparent à présenter leurs travaux lors de la prestigieuse conférence internationale de l’Alzheimer’s Association (AAIC) de cette année.

La conférence, qui se déroulera cette année en ligne, est la plus grande et la plus influente réunion internationale consacrée à l’avancement de la science des démences. Chaque année, l’AAIC réunit les plus grands chercheurs en sciences fondamentales et cliniques du monde, les chercheurs de la prochaine génération, les cliniciens et la communauté des chercheurs en soins afin de partager les découvertes de la recherche qui mèneront à des méthodes de prévention et de traitement et à des améliorations du diagnostic de la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs de l’étude Silver Santé Study, dont ceux de l’Université de Caen  -Inserm-, des Hospices civils de Lyon en France, de l’UCL au Royaume-Uni, du DZNE en Allemagne, de l’Université de Genève en Suisse et l’Université de Liège en Belgique y participeront.

La coordinatrice du projet, le Dr Gaël Chételat, qui sera parmi les participants à la conférence, déclare : « En tant que principale conférence mondiale sur la maladie d’Alzheimer, l’AAIC nous offre une occasion inestimable de partager nos conclusions avec la communauté scientifique internationale. »

« Nous sommes impatients de le faire et d’entendre d’autres scientifiques parler de leurs plus récentes découvertes dans cet important domaine de recherche. »

La conférence de l’AAIC se déroulera en ligne entre le 27 et le 31 juillet.

Le Dr Natalie Marchant, de l’UCL, qui a dirigé l’essai SCD-Well de l’étude Silver Santé Study, présente les principaux résultats lors de la conférence de l’AAIC de l’année dernière à Los Angeles.

Retard dû aux restrictions liées au Covid 19

L’analyse des données et les tests de suivi prévus pour les volontaires participant à notre essai clinique Age-Well ont été reportés en raison des restrictions en matière de santé et de sécurité mises en place pour lutter contre la pandémie de Covid 19.

Les restrictions ont empêché nos chercheurs d’accéder aux données pour les analyser, ce qui entraînera inévitablement un retard dans la publication des résultats du projet. Les visites de suivi à long terme prévus initialement 21 mois après les interventions, ont également été retardés et nous espérons pouvoir réaliser ces examens pour le premier groupe de participants en octobre, si les restrictions le permettent.

La coordinatrice du projet, le Dr Gaël Chételat, a déclaré : « Bien entendu, nous préférerions ne pas connaître de retard, mais la santé et le bien-être de nos volontaires et de nos chercheurs est notre priorité absolue, de sorte que les tests ne reprendront que lorsqu’il sera possible de le faire en toute sécurité. »

« Nous sommes extrêmement reconnaissants à nos volontaires d’avoir consacré leur temps, leur énergie et leur engagement à nous aider à découvrir comment nous pouvons préserver la santé mentale à un âge avancé. »

Pour suivre l’évolution du projet, inscrivez-vous pour recevoir notre bulletin d’information électronique trimestriel ici https://silversantestudy.eu/join-our-mailing-list/

Les chercheurs de l’étude Age-Well espèrent reprendre les visites de suivi à long terme, y compris les analyses de neuroimagerie, plus tard cette année.

Des chercheurs de Silver Santé Study présenteront leurs résultats à la prestigieuse conférence sur la maladie d’Alzheimer (AAIC)

Des chercheurs de l’étude Silver Santé Study présenteront leurs principaux résultats  lors de la prestigieuse Conférence Internationale sur la maladie d’Alzheimer (AAIC) qui devait se dérouler à  Amsterdam du  26 au 30 juillet prochain. Compte tenu de la crise sanitaire actuelle, la conférence sera maintenue par visio-conférence et accessible aux chercheurs du monde entier.

Les équipes échangeront pour présenter leurs analyses des données collectées lors des deux principaux essais cliniques du projet (Age-Well et SCD-Well). Chaque année, l’AAIC réunit les meilleurs chercheurs en sciences fondamentales et cliniques du monde, les chercheurs de la prochaine génération, les cliniciens et la communauté des chercheurs du domaine biomédical pour partager leurs découvertes qui mèneront à des méthodes de prévention et des traitements et à des progrès dans le diagnostic de la maladie d’Alzheimer.

Age-Well examine l’impact d’une intervention mentale de 18 mois sur des personnes âgées de 65 ans et plus en bonne santé dans la région de Caen en France et sur des méditants experts. Les volontaires ont été répartis au hasard dans l’un des trois groupes suivants : pratique de la méditation, apprentissage d’une langue étrangère ou groupe témoin n’ayant pas changé leurs habitudes de vie.

L’essai SCD-Well évalue l’impact d’un apprentissage de courte durée (8 semaines) de la méditation ou d’un programme d’éducation à la santé sur des patients recrutés au sein de  cliniques de mémoire au Royaume-Uni, en France, en Espagne et en Allemagne.

La coordinatrice du projet, le Dr Gaël Chételat, qui participera  à la conférence, déclare : « En tant que principale conférence mondiale sur la maladie d’Alzheimer, l’AAIC nous offre une occasion inestimable de partager nos conclusions avec la communauté scientifique internationale.

« Nous sommes impatients de le faire et d’entendre d’autres scientifiques nous parler de leurs plus récentes découvertes dans cet important domaine de recherche ».

Le consortium de l’étude Silver Santé Study en photo lors de la réunion annuelle du consortium du projet en 2019 à Berlin.

Une nouvelle étude identifie les changements cérébraux expliquant pourquoi l’apnée du sommeil augmente le risque de développer la maladie d’Alzheimer

Des chercheurs travaillant pour l’étude Silver Santé Study financée par l’UE, ont identifié des changements cérébraux qui expliquent pour la première fois pourquoi l’apnée du sommeil augmente le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

La recherche, dirigée par le Dr Géraldine Rauchs, de l’Inserm, à Caen, en France, a été publiée dans JAMA Neurology (https://bit.ly/33HxOIB). Le Dr Rauchs et son équipe ont étudié les effets des apnées du sommeil sur 127 seniors qui participaient à l’essai clinique Age-Well de l’étude Silver Santé Study. Les volontaires, âgés en moyenne de 69 ans, ont effectué des  évaluations neuropsychologiques (tests pour évaluer le fonctionnement du cerveau), des examens de polysomnographie (pour évaluer la qualité du sommeil et d’éventuels troubles du sommeil) et des examens de neuroimagerie.

Les participants souffrant de troubles respiratoires du sommeil (TRS ou type d’apnées du sommeil) ont montré une charge amyloïde plus importante (dépôts de protéines dans le cerveau), un volume de substance grise (nombre de cellules cérébrales) et un métabolisme (comment ces cellules utilisent le glucose pour leur activité) dans les zones cérébrales particulièrement vulnérables à la maladie d’Alzheimer – augmentant leur risque de développer la maladie dans les années à venir. Aucune association n’a été trouvée avec les troubles cognitifs, les difficultés cognitives et de sommeil auto-déclarées ou les symptômes de somnolence diurne excessive.

Le Dr Rauchs, l’un des auteurs de l’article, déclare: « Les résultats sont très significatifs car, bien que de plus en plus de preuves suggèrent que les troubles respiratoires du sommeil (TRS) augmentent le risque de développer la maladie d’Alzheimer, les mécanismes cérébraux qui sous-tendent ce lien ne sont pas clairs. »

«Cette étude montre pour la première fois que les TRS, ou apnées du sommeil, augmentent la charge amyloïde, le volume de substance grise  et le métabolisme dans les zones du cerveau particulièrement vulnérables à la maladie d’Alzheimer, augmentant le risque que ces personnes développent la maladie à l’avenir. Cela ne signifie pas, bien sûr, que ces participants développeront nécessairement la maladie d’Alzheimer – juste que leur risque de développer la maladie à l’avenir est augmenté ».

« Heureusement, il existe des traitements efficaces pour les TRS, mais les résultats de cette étude soulignent à nouveau l’importance de préserver une bonne qualité de sommeil tout au long de la vie afin de préserver une bonne santé mentale tout au long de la vie. »

Les résultats des deux essais cliniques de l’étude Silver Santé Study devraient être publiés plus tard cette année.

Un volontaire porte un casque spécial ajusté par un chercheur de l’Inserm de Caen, en France pour mesurer son sommeil.

« Entrées précédentes Derniers articles »